Invasion des tortues de Floride en Ile de France

     Depuis les années 1970, les animaleries françaises ont commencé à vendre des tortues d’eau douce nouveau-nées importées des Etats-Unis, majoritairement des Tortues de Floride Trachemys scripta elegans. Convenablement élevées, ces jeunes tortues ont souvent grandi pour atteindre un poids de 1.5 kg en quelques années. La majorité des propriétaires ne soupçonnaient pas cette pas cette évolution, puisqu’elles étaient vendues sous le nom de " tortues naines ". Dans la majorité des cas, les propriétaires les ont alors " remises en liberté ", en les relâchant dans les rivières et les étangs français.

     Les très bonnes capacités d’adaptations de la Tortue de Floride aux conditions locales lui ont permis de survivre en très grands nombres et de coloniser quasiment tous les milieux d’eau douce en France. Elle est maintenant présente dans tous les départements, et entre en compétition directe pour la nourriture avec une tortue locale, la Cistude Emys orbicularis, une espèce locale menacée d’extinction. Ces deux espèces ont sensiblement la même niche écologique, mais la Tortue de Floride semble en mesure de l’emporter sur la Cistude dans la majorité des cas. Dans de nombreux endroits, les populations de Cistude ont chuté alors que ceux de la Tortue de Floride augmentaient. Le régime alimentaire de la tortue de Floride, composé de plantes et de petits animaux (insectes, invertébrés, têtards, poissons, voire même canetons), en font un redoutable envahisseur, capable d’affecter de nombreuses populations et communautés animales et végétales.

     Ces caractéristiques écologiques font de la Tortue de Floride une espèce introduite indésirable et nuisible en France, où elle menace la biodiversité des milieux d’eau douce. Pour maintenir ou restaurer la biodiversité des milieux qu’elle a colonisé, un contrôle de cette espèce au niveau national est fortement souhaité. Ce souhait est partagé tant par les associations de protection de la nature que paar les pouvoirs publics. Cependant, un contrôle efficace passe par des connaissances sur la biologie de l’espèce en France, afin notamment de définir une échelle spatiale d’intervention. Il est maintenant reconnu que la cause principale de l’échec de nombreux programmes de contrôle a été une méconnaissance des conditions écologiques prévalant au moment de la mise en place du programme de contrôle.

     Les données sur la Tortue de Floride restent très éparses en France. Étant récoltées par des associations naturalistes, elles ne font pas toujours l’objet de publications et ont donc du mal à être centralisées pour être analysées adéquatement. Des questions importantes restent sans réponse, et c’est par cette tâche de meilleure connaissance fondammentale sur l’écologie de la tortue de Floride dans leur nouveau milieu que nous allons débuter nos travaux sur ce thème. Cette meilleure connaissance nous permettra de mettre au point les meilleures stratégies possibles pour le contrôle de cette espèce en Île-de-France.